Sport et entreprenariat, la combinaison impossible ?

le

« Tu as de la chance toi ! Moi je n’ai pas le temps… »
« J’ai arrêté le sport, avec ma société à gérer, je n’ai plus le temps. »
« Je bosse 120h par semaine, comment veux tu que je cours 1h par jour ? »

Voilà ce que j’entends à longueur de temps lorsque je parle de sport et d’entreprenariat autour de moi.

L’emploi du temps d’un entrepreneur

Je pense avoir expérimenté assez de choses dans le monde de l’entreprenariat pour pouvoir parler de l’emploi du temps d’un dirigeant d’entreprise. J’ai connu quasiment toutes les situations : des semaines à la cool, des semaines (voir des mois) totalement sous l’eau, des grosses insomnies, des nuits à rallonge, etc… .

Ce n’est pas une légende, un entrepreneur qui monte sa boite, a énormément de stress sur les épaules, et passe des heures et des heures le cul vissé sur sa chaise de bureau. C’est quasiment impossible de penser à sortir s’oxygéner la tête tellement on est à fond. Puis, cela parlera surement à certains d’entre vous, perdre 1h00 voir 2h00 pour aller courir, ce n’est pas ça qui va nous faire gagner de l’argent pour assurer notre salaire. Ouai…

Parole de galérien !

C’est le moment de vous donner mon plus grand secret… Depuis maintenant plus de 5 ans, je suis un galérien. Clairement. Un galérien de l’emploi du temps. Je n’ai le temps de rien, et les 120h de boulot par semaine, ne sont pas qu’une légende !

Cependant, après mettre remis beaucoup en question, j’ai trouvé un juste équilibre entre le sport et un emploi du temps compliqué. Le secret, le voici : Prendre du temps pour soi permet d’avoir du recul et de trouver des solutions.
Combien de fois avez-vous résolu un problème plusieurs jours après l’avoir rencontré, pile au moment où vous n’y pensiez plus ?

Voilà ce que le sport permet. Trouver des solutions à nos problèmes quotidiens sans pour autant perdre 10 jours à stresser pour pas grand chose.
Depuis que je fais 1 à 2h de sport par jour, mon stress est devenu mon moteur et n’est plus mon pire ennemi.

 

Et si on arrêtait de stresser ?